2015

Vivarium

Installation sculpturale robotisée interactive

 

École de l'Étoile, Lévis

Politique d'intégration des arts à l'architecture, Ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 

À chaque extémité d'un grand hall s’élèvent, sur quatres mètres, deux longues structures robotisées en alumiunium.  Chacune d’elle est ponctuée d'éléments tubulaires et de lunettes graduées. Une large forme circulaire d’aluminium et d’acrylique translucide bleuté embrasse le mât principal comme la voile d’un bâteau qui se déploie au vent. Chaque structure porte un élément sphérique miroir qui renvoie l’image de son environnement et qui se modifie suivant le lent mouvement mécanique de la structure.

 

Dans la partie centrale du grand hall, douzes petites sculptures robotisées se greffent au concept architectural de mise en lumière déjà existant, c’est-à-dire une série d’ampoules suspendues et déployées à différentes hauteurs, telle une constellation. Les formes sculpturales accrochées directement aux ampoules utilisent leur énergie lumineuse pour engendrer de subtils mouvements mécaniques, rappelant ainsi le mouvement des planètes autour de leur étoile. 

 

Les deux grand modules robotisées "Est et Ouest" de Vivarium effectuent différents mouvements de rotation en fonction du déplacement des enfants et du personnel de l'école. Le dialogue interactif s’inscrit dans la subtilité des déplacements des formes, soit la vitesse et les changements de direction.

 

Vivarium est une expérience d’interaction qui se vit avec le corps, comme si l'individu pouvait se connecter et ressentir son environnement.

 

Vu de l'extérieur du bâtiment, le déplacement mécanique des sculptures témoigne de l’activité humaine à l’intérieur.  Les gens qui entrent, qui sortent. L’oeuvre devient un instrument d’amplification et de transposition du mouvement.